mercredi, août 06, 2008

souvenirs, souvenirs...

Ça fait longtemps que je ne suis pas passé alimenter mon blog…

Ça tombe bien, ce week end, j’ai réveillé le « jeune », je devrais dire, « le galoupiaud » qui était en moi^^.
Un homme ne serait rien sans ses souvenirs, ses premières sensations, ses premières déceptions… et il y a un moment dans l’année où tous ceux ci s’entrecroisent, s’effleurent, se stimulent… ce sont les vacances !!
Alors je vais tenter ci-dessous, de me remémorer mes vieux souvenirs. Un peu comme ce week end lorsque j’ai revu Jean après une dizaine d’années d’éloignement, après avoir aperçu le bréviaire photographique d’André Schaller, véritable témoignage d’une époque éloignée…
Je m’en vais vous conter BERDER.

bichettine et sa maman sur la "grande" plage de Berder

fier comme un pape de faire le tour de l'ile avec ma chtiote nenette.

L’histoire commence dans le ventre de ma mère, nous sommes probablement aux alentours de juillet/Aout 1978, et votre serviteur peut déjà deviner que ça a l’air bien cool là haut...
Nous sommes dans le golf du Morbihan (à 15 km de Vannes et autant d’Auray). Cette retenue d’eau, que certains railleurs s’empresseront de qualifier de « poubelle de l’océan », de part son bouillon d’algues et de vase, son silence de monastère (y a pas de vague)et son micro climat de Tunisie, est le terrain de jeu de plusieurs petites iles toutes plus charmantes les unes que les autres, la plus connue étant « l’île aux moines ». l’île de Berder en face de cette dernière est rattachée à Larmor Baden par un gois qui est l’une des grosses attractions du secteur depuis plusieurs années. A marée haute, le gois est traversé par le courant de la Jument, qui est juste l’un des plus fort d’Europe (rien que ça) et qui ravie les kayakistes en recherche de sensations fortes^^.

une plage de sable fin ?? pas de doute, c'est celle de Berder !!
Berder, est alors un île préservée par le tourisme, car elle est régie par des bonnes sœurs… c’est donc des vacances pieuses que les quelques privilégiés au courant de ce «bon plan » passaient au coté de « l’équipe d’animation » (euh… j’étais jeune, mais je ne pense pas me tromper en disant, que la plage, le tour de d’ile, la pétanque, le ping pong, le scrabble et la messe devaient faire l’intégralité du programme des réjouissances proposé par les bonnes sœurs de l’ile… :D
Les parents pouvaient aussi bien être appelés à la corvée épluchage de patates… les enfants mangeaient tous ensemble au premier service me confiait ce week end Françoise la mère de Jean. Et la messe était bien évidemment obligatoire.
Mais alors pourquoi aller s’encrouter dans un monastère pendant ses vacances ??
Et bien, contre toute apparence, la vie en communauté n’était pas de tout repos et mes parents et leurs congénères ont développé un véritable « esprit de cohésion »… et vous me croirez ou pas, mais chaque année, les habitués (mes parents en sont à leur 46ème année) remettent ou remettaient le couvert… il y a donc des vacances au-delà des hôtels club et de leurs animations grand public ??
Pendant une dizaine d’année, nous jouissons à Berder (avec ma frangine et mon frangin) de vacances totalement épanouissantes,« élevés au grand air » j’ai envie de dire : construction de cabanes, pétanque, ping pong, plage, zodiac du papa (c’était un metzeler pour les puristes), dégustation et course cache cache dans les maïs pendant que le tracteur moissonnait, visite des locaux privées la nuit sur la pointe des pieds… bref !! la totale liberté sur cette ile, d’autant plus que les parents nous laissaient en totale autonomie, nous abandonnant ainsi à nos tristes sorts…^^
J’ai souvenir, d’un gadin digne de video gag… heureusement que Jean était avec moi. Laissez moi vous le conter avant que mes brides de mémoires ne succombent aux dures réalités du trop plein d’informations.
Nous devions avoir entre 10 et 12 ans, l’ile venait de passer depuis peu en LVT et nous entreprîmes de construire une belle cabane avec vue sur mer (ça changerait de nos sempiternelles cabanes ombragées au cœur de la forêt. Ce devait être un an ou peut être deux après une grosse tempête car nous remarquâmes moult troncs d’arbres et buchettes débitées à droite à gauche de l’ile… chouette !! on va pouvoir faire une vrai cabane qui a de la gueule !!
Nous repérons un coin au bord de la (petite) falaise qui nous semble approprié pour notre ouvrage…
Et nous commençons a déplacer les buches jusqu’à notre futur QG… une buche à 10 ans, ça se porte un peu… mais l’homme doué d’intelligence et d’adaptation trouve toujours un moyen pour contourner les efforts de la vie qui nous pèsent… de ce fait, une buche ça roule aussi… nous la poussons jusqu’à l’entrée de notre cabane, mais celle-ci étant au bord de la falaise, la pente l’entraine et vient s’écraser 5 mètres plus bas (5 ou plus, mais je ne voudrais pas faire mon marseillais :p un bisou à nos amis du sud au passage^^ ). Jean doit être victime de son coté de ce même constat (me rappelle plus trop). Nous ressayons… puis toujours arrivé à la fin, la buche nous échappe… TABERNACLE DE MILLE SABORDS D’HUITRE PAS FRAICHE (là c’est pour intensifier mon récit, on a juste dû intérioriser un « merde...‘fait chier »). Donc là encore on essaye autre chose… on tire la buche (ou la retient si vous comprenez mieux) en se déplaçant à reculons… mais ce que votre serviteur n’avait pas calculé du haut de ses 10 ans et quelques…c’est que les pins, ça perd ses épines et que en bordure de ravin, ça devient un vrai toboggan :S
D’un coup à 3 mètres du bord, je me retrouve sur le ventre et je fais comme nos 2 précédentes buches, ziooouuuuu direct dans le ravin !! alors qu’est ce qui fait que ce jour là je n’ai rien eu de cassé ou que je sois tout simplement encore là pour vous raconter ma grosse buche d’enfance… et bien figurez vous qu’il y avait un arbre entre la descente et les rochers et qu’on avait prévu plus tard de descendre justement sur la plage par là à l’aide d’une corde… j’ai descendu sur 3 ou 4 mètres en donnant des coups de boules arrières à l’arbre et des coups de boules frontaux à la roche et à même pas un mètre du bord, une branche de cet arbre bienveillant m’attrape par derrière et me suspend par le pull comme un saucisson… cerise sur le gâteau, devinez ce qui vient clôturer ma chute et dont ma cervelle se souvient encore ??? et oui... la buche vient me donner une dernière leçon un peu comme pour enfoncer un clou en faisant un passage sur ma tête avant de s’échouer comme ses deux consœurs sur notre plage de rochers…
Jean, descend me voir et appelle un mec au loin pour venir (nous) m’aider… pfiouuu… comment voulez vous devenir casse cou par la suite avec une expérience comme celle-ci… il faut prendre les avertissements de la vie comme des signes et éviter de cramer trop vite toutes les branches de notre « bonne étoile »…
Comme je vous l’ai dit ci-dessus, vers 1990, Berder « bonne sœur », devient Berder « LVT »… et donc fini la messe le dimanche matin à la chapelle, maintenant, le dimanche matin, c’est ; inscription aux activités !! kayak, optimiste, sinagot, tir à l’arc, club enfant viennent étoffer le panel d’activités-bêtises disponible jusqu’alors… mais nous commençons à grandir et les enfants des habitués de l’ile commencent à former un joli groupe.
Au fil des années, de nouvelles conneries apparaissent… visite de la cuisine la nuit pour piquer des gouters ou bien des bouteilles de cidre, feu sur la plage, puis feu dans notre trou dans la forêt (voir photo), premières clopes derrière ou sur les round baller de pailles, traversée nocturne du gois en bateau gonflable « emprunté » à la plage pour rejoindre le continent et son bistrot à la mode (le Ty fetan). Emprunt de kayak pour petite virée nocturne… bref, je ne vous les énumère pas toutes, chacun sur l’ile avaient ses petites « spécialités » :D et moi j’étais dans pas mal de coup…
Spéciale dédicace à Marie-thé la directrice de l’ile pendant 15 ans qui se demandait chaque année à notre arrivée ce qu’on allait lui inventer :D
Et des copains… pleins de copains, les souvenirs qui vont avec… Jean, Anne laure, Thibaut, Damien, Olivier, Yves, le Guen, JJ, Sandrine… j’en ai trop oublié malheureusement.
Berder, terre d’accueil.
J’ai aussi eu quelques copains que j’ai emmené avec moi à berder, ou tout du moins à Larmor Baden au camping, cette année, nous avons rencontré une autre bande de jeune qui se réunissaient non loin, à Bocoan… mon dieu quelle année de débauche^^. Nous avions 15 ans et nous étions jeunes et cons…^^
Gros bisous pendant que je m’en souviens encore à Marie Madec qui nous a hébergé dans sa grange pendant 2 semaines, ses frères Gildas et Michel, Gilbert et Monique qui nous a nourrit avec ses crêpes plus d’une fois, car la nourriture n’était pas une priorité dans notre budget d’adolescent :D et les copains, Ben, David, Tiphaine, Benjamin, Nolwenn, Pierre, Romuald… pas mal de petits fous qui a l’époque ont su apprécier cette vague de légèreté et de fraicheur que nous les sarthois leur avons apporté^^ !
Voilà... il est temps de s’arrêter, ce feuillet s’adressait à une infime partie de mon entourage… mais c'est celui qui a toujours été présent à mes cotés dans mes souvenirs… et il les hantera encore un bon bout de temps…
une petite virée en mer sur le bateau de mon Pôpa pour Anne et Lor ...

Jean et mon père... (c'est cool de conduire hein Jean ?^^)

et Karine et Ethan... un amical souvenir de vous... à très bientôt sans doute !!

3 Comments:

Anonymous severine said...

Je vois qu'on a des connaissances communes dans la region : Marie, Gildas, Michel, Gilbert et Monique. La deuxieme famille de Justine :-) Moi aussi j'ai teste le camping a Bocoan mais je devais avoir plutot dans les 25 ans.

8:14 PM  
Blogger boby said...

hé hé.. salut séverine^^!

oui, je ne suis pas rentré dans les détails, mais je ne t'explique pas le tripe qu'on a eu Justine et moi le jour où l'on s'est aperçu sur le marché de larmor baden.. elle, en train de vendre les légumes des Madec. du coup elle nous a très gentillement introduit dans leur petite bande de jeune sympa, le soir ou la soirée suivante...^^ après on a quitté le camping pour venir s'installé directement là bas, dans la grange, au dessus du "local des jeunes". puis s'en est suivi plusieurs "pellerinages" saboliens derrière... en allant là bas, nous avons créé un véritable mouvement phylosophique > "le Chie D'dans" et son laissé allé qui le caractérise... on avait pas de limite et on avait pas peur de grand chose à l'époque... lol
bisous,
PS: une pensée amicale à Justine pour le coup ;)

8:42 AM  
Anonymous Anonyme said...

Que de souvenirs.... Nos années de débauches, de conneries, de fiesta...
Jeunes et cons, t'as raison: j'ai pas changée!!!j'ai fait la même hier soir mais rien de pourra me faire oublier certains souvenirs de Berder, Bocoan etc! Evitons les détails, se serait choquant. Pour les News David est à fond dans le taf, Kevin est toujours porté disparu, Typhaine toujours au Havre,les Jazz et Madec font comme nous ils se reproduisent. J'ai bien peur que la releve sera prête dans une dizaine d'année et je me vois mal les censurer. Je vais les brieffer?!? Et toi que feras tu le jour où ta belle poulette fera sa Ben?

11:05 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home